Fête de la Francophonie 2009 Hommage à S. Corinna Bille (1912-1979).Mardi, le 28 avril 2009 Institut Français de Patras, 20h00

clip_image002 clip_image004

Fête de la Francophonie 2009

Hommage à S. Corinna Bille (1912-1979)

clip_image006

Lundi, le 27 avril 2009

Institut Français d’Athènes (31, rue Sina)

Auditorium, 19h00

Mardi, le 28 avril 2009

Institut Français de Patras, 20h00

Conférence :

Lecture de textes de Corinna Bille par Mme Anne-Lise Delacrétaz Maggetti , professeur de littérature à l’Université de Lausanne avec une mise en scène par la comédienne professionnelle Catherine Kunz Voutat.

Projection :


Corinna Bille, La Demoiselle sauvage (52’, Suisse), de Pierre-André Thiébaud, sous-titré en grec.

Entrée libre.

La manifestation sera suivie d’un cocktail offert par l’Ambassade de Suisse

Biographie

Fille du peintre-verrier Edmond Bille née en 1912, elle passe sa jeunesse à Sierre. Après un séjour à Paris, elle regagne le Valais qu’elle ne quittera plus. Mariage avec l’écrivain Maurice Chappaz, dont elle aura trois enfants. Elle partage sa vie entre les tâches ménagères et l’écriture. Sa production est interrompue par la maladie et la mort, en 1979, au lendemain d’un voyage en Transsibérien.

Riche d’une trentaine de titres, son œuvre se construit entre le réalisme tragique des premiers romans et recueils de nouvelles, et la veine fantastique des écrits de la maturité. Le Valais, ses paysages et ses traditions, inspirent nombre de ses récits et poèmes.

*

«Arrivée dans une clairière, en apparence aussi figée que les autres, je m’aperçus qu’entre les herbes mortes, au pied des genévriers, de nombreuses touffes d’hépatiques mauves, roses, bleues ou blanches, vivaient. Comme un débordement de lumière souterraine, elles affleuraient un peu partout en masses serrées, leurs tiges invisibles sous les corolles minces et pourtant précises. Dans la forêt atone et sans couleur, elles paraissaient douées d’une force secrète qui les surélevait et me donnait l’impression d’un jaillissement. Il m’en vint un étrange bonheur et de la reconnaissance. Nous étions les seules vivantes ici… Je ne les cueillis pas, je savais qu’elles se faneraient, mais je les touchais de la main et les gardais longtemps sous mes yeux.

Des gémissements se firent entendre; à la fois proches et lointains. Je n’étais donc pas seule? Ils cessèrent. “Est-ce une bête? Est-ce le vent?” me demandai-je, inquiète.»

S. Corinna Bille, Théoda, Porrentruy, Portes de France, 1944.

*

«Emerentia pense que les trésors du monde sont autour d’elle, le soleil, le foehn tiède, la transparence de la rivière, mais elle ne sait pas qu’elle-même est la crème et la couronne.

Debout devant elle, M. le doyen la questionne:

— Qu’est-ce que la Trinité radieuse?

Il n’y aura pas de réponse. La fillette serre des dents effroyablement pâles.

Répète! C’est un Dieu en trois personnes, le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

Elle tremble, le regard fixe. On croirait qu’elle ne voit plus rien, un regard d’aveugle-née, mais d’une beauté bouleversante, où le blanc n’existe pas. Cette rigidité, ce silence troublent le prêtre.»

S. Corinna Bille, «Emerentia» Deux passions, Vevey / Paris, Galland / Gallimard, 1979.

Principales œuvres

Printemps, poèmes, La Chaux-de-Fonds, Les Nouveaux Cahiers, 1939.

Théoda, roman, Porrentruy, Portes de France, 1944 (rééd. Lausanne, Plaisir de lire, 2008).

Le Grand Tourment, nouvelles, Lausanne, Terreaux, 1951.

Le Sabot de Vénus, roman, Lausanne, Rencontre, 1952 (rééd. Lausanne, Plaisir de lire, 2008).

Douleurs paysannes, nouvelles, Lausanne, La Guilde du livre, 1953 (rééd. Lausanne, Plaisir de lire, 2008).

Florilège alpestre, Lausanne, Payot, 1953.

L’Enfant aveugle, contes et nouvelles, Lausanne, Aux miroirs partagés, 1955 (rééd. Albeuve, Castella, 1980).

A pied, du Rhône à la Maggia, récit Lausanne, Ed. des Terreaux, 1957 (rééd. Genève, La Joie de lire, 1999).

L’Inconnue du Haut-Rhône, théâtre, Lausanne, Rencontre, 1963 (rééd. Lausanne, L’Age d’homme, 1996).

Entre hiver et printemps, nouvelles, Lausanne, Payot, 1967 (rééd. Albeuve, Castella, 11980).

La Fraise noire, nouvelles, Lausanne / Paris, La Guilde du Livre / Clairefontaine, 1968 (rééd. Paris, Gallimard, 1976).

Juliette éternelle, nouvelles, Lausanne, La Guilde du Livre, 1971 (rééd. Albeuve. Castella, 1983).

Cent petites histoires cruelles, Lausanne, Galland, 1973 (rééd. Cent petites histoires cruelles. Trente-six petites histoires curieuses, Albeuve, Castella, 1985).

La Demoiselle sauvage, nouvelles, Lausanne, Galland, 1974 (rééd. Paris, Gallimard, 1975).

Le Salon ovale, nouvelles et contes baroques, Vevey, Galland, 1976 (rééd. Lausanne, Plaisir de lire, 2008).

Les Invités de Moscou, roman, Vevey, Galland, 1977 (rééd. Lausanne, Ex Libris, 1977).

La Maison musique: dix-sept contes, Lausanne, Ex Libris, 1977.

Cent petites histoires d’amour, Vevey / Paris, Galland, 1978 (rééd. Paris, Gallimard, 1979).

Deux passions, Vevey / Paris, Galland / Gallimard, 1979.

Le Bal double, nouvelles, Vevey / Paris, Galland / Gallimard, 1980.

Le Pantin noir, roman, Lausanne, L’Aire, 1981.

Nouvelles et petites histoires, Lausanne, L’Age d’homme, 1988.

Œil-de-Mer, roman, Lausanne, 24 Heures, 1989 (rééd. Vevey, L’Aire, 1996.

Forêts obscures, roman, Lausanne, 24 Heures, 1989 (rééd,, Vevey, L’Aire, 1996.

Le Vrai conte de ma vie, établi et annoté par Christiane P. Makward, Lausanne, Empreintes, 1992.

Emerentia 1713, Carouge-Genève, MiniZoé, 1994.

Correspondance 1923-1958 à Edmond et Catherine Bille, Cossonnay, Plaisir de Lire, 1995.

L’Œuvre dramatique complète, Lausanne, L’Age d’homme, 1996, 2 vol.

Œuvres complètes pour la jeunesse, Genève, La Joie de lire, 1999, 3 vol.

A consulter

Courten, Marijke de, L’Imaginaire dans l’œuvre de Corinna Bille, Neuchâtel, La Baconnière, coll. «Langages», 1989.

Courten, Maryke de, «S. Corinna Bille», in Histoire de la littérature en Suisse romande, tome 3, dirigée par Roger Francillon, Lausanne, Payot, 1998, pp. 283-297.

Ecriture, «S. Corinna Bille», no 33, automne 1989.

Favre, Gilberte, Corinna Bille, Le vrai conte de sa vie, Lausanne, 24 heures, coll. « Visages sans frontières », 1981 (rééd. Lausanne, Editions Z, 1999).

Hommage à S. Corinna Bille, 1979-1989, catalogue de l’exposition à la Fondation Rainer Maria Rilke, 22 septembre-26 novembre 1989.

Quarto, revue des Archives littéraires suisses (ALS), «Dossier : S. Corinna Bille», no 6, décembre 1995.

Plans-fixes

Corinna Bille, écrivain, racontée par Maurice Chappaz, le 7 novembre 1979 au Châble (interlocuteur Bertil Galland), Yverdon-les-Bains, Association Plans-fixes, copie 1979.

Σχολιάστε

Εισάγετε τα παρακάτω στοιχεία ή επιλέξτε ένα εικονίδιο για να συνδεθείτε:

Λογότυπο WordPress.com

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό WordPress.com. Αποσύνδεση /  Αλλαγή )

Φωτογραφία Google+

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Google+. Αποσύνδεση /  Αλλαγή )

Φωτογραφία Twitter

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Twitter. Αποσύνδεση /  Αλλαγή )

Φωτογραφία Facebook

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Facebook. Αποσύνδεση /  Αλλαγή )

Σύνδεση με %s